MF.LESPES

Compromis entre le visible et l’abstrait, la peinture de MF.LESPES  ne traite pas un élément après l’autre, mais ne cesse de revenir sur des éléments, de les réinterpréter, de les dessiner au crayon, à l’encre en noir et blanc ou en couleur, de passer d’une copie très réaliste à une schématisation proche de l’abstraction, de multiplier les illustrations d’une idée dans sa littéralité et dans son évocation.

Les compositions créent une synthèse réussie, entre des éléments naturalistes, bien observés et l’exigence d’une transposition classique. Habilement répartie, la lumière distingue les divers plans. Quant aux couleurs harmonieusement peintes, elles multiplient les gammes chaudes et froides, des verts, des bleus et des gris.

On peut parler de paysage intériorisé transcrit avec une grande liberté d’imagination.

RACHED

Eclats d’ombre

Dans les cartons demeurait des traces indélébiles de l’œuvre de Rached. Plaques de cuivres, tirages d’artiste et gravures dument numérotées étaient soigneusement gardés. S’il a su manier parfaitement le pastel et l’huile, il a su également explorer le territoire de la gravure. Avec la gravure, il s’empare d’une technique qui imprime dans la profondeur du noir l’éclat de la lumière. Défilent dans les gravures, des personnages que nous reconnaissons, parce que de toute évidence, ils appartiennent à l’imaginaire du peintre.

Les gravures restituent une mémoire nourrie de toute une vie, celle de Rached, grand lecteur, poète en mots et en images.

L’Enchanteur 

« L’œuvre de RACHED arpente les chemins poétiques de la rêverie.

Avec la poudre de ses pastels RACHED invente un monde qui défie la pesanteur : une dame à vélo s’envole au dessus des nuées, tandis que les boules d’un billard s’élèvent vers le ciel. »

Ces personnages « sont-elles des fillettes maquillées en femme ou des femmes vêtues comme des poupées ? Qu’attendent-elles, désœuvrées, tenant une lettre, contemplant un portrait dont on ne voit pas les traits ? Assises devant une table bien garnie, les modèles de RACHED ne semblent pas avoir d’appétit. Parfois sans paraître s’en apercevoir, elles sont dévêtues. »

« Si l’univers de RACHED est enchanté, il ouvre aussi sur des profondeurs. »

© Copyright - Galerie THOME | Réalisation Webocube