Vié

La politesse du langage

Tout à la fois architecte et chef d’orchestre, Bernard Vié bâtit et harmonise des œuvres qui s’aventurent sur ces terrains de liberté, où dessin, peinture et sculpture rivalisent d’invention. Pièce après pièce, morceau après morceau, quelque chose d’inattendu est créé sous nos yeux, sans que l’on sache exactement sur quelle addition d’équilibres et de déséquilibres elle repose. Visages fragmentés, mouvements inaboutis, détails séparés de leur ensemble, pleins et déliés côte à côte…
A chacun d’habiter comme il l’entend ce monde de désirs, de rêves et de mémoire vive qui trouve généralement son origine dans un patrimoine culturel ancien, voire très ancien. Ce savoir-faire évident est la preuve d’une politesse de langage, d’une correction délibérée, jamais celle d’un repli frileux vers la tradition.
Le travail de Bernard Vié est un jeu d’assemblage entre des formes, des couleurs, des textures, qui dans un même mouvement semblent s’entendre et se contredire. C’est la marque de celui qui suggère plus qu’il n’impose, de celui qui, sans rodomontades déplacées, parvient à réunir ce qui a priori paraissait inconciliable. Il y a un reste d’enfance dans l’émerveillement qui naît aussitôt de ces rencontres. Voyons y aussi la preuve d’une maturité et d’une indépendance d’esprit qui se défient souverainement des classements réducteurs, des discours vides, des ambitions étroites et des horizons bouchés.

Texte extrait de Pierre Cadars

© Copyright - Galerie THOME | Réalisation Webocube